BILAN AUTOMNE 2017 : « LE GOUVERNEMENT NE RÉALISE PAS QUE SES DÉCISIONS ONT UN IMPACT ENCORE PLUS GRAND EN RÉGION » - K. TRUDEL

SAGUENAY  –  De retour d’Ottawa depuis peu, suite à la fermeture de la Chambre des communes pour la période des fêtes, la députée de Jonquière Karine Trudel a fait lundi un retour sur la session parlementaire d’automne et sur les dossiers importants pour la région.

 

« L’automne a été très chargé, notamment avec une partielle dans Lac-Saint-Jean et la course à la chefferie du NPD. Du côté des enjeux, je crois qu’on doit voir cette session-ci comme un point tournant pour le gouvernement libéral, qui a révélé ses vraies couleurs cet automne  », a affirmé Mme Trudel.

 

Depuis 2015, les libéraux de Justin Trudeau ont présenté un programme dit « pour la classe moyenne ». Cependant, pour Mme Trudel, répéter ce message ne l’a pas concrétisé pour autant. Trois enjeux importants ont d’ailleurs illustré ce fait : les scandales d’éthique du ministre des Finances, le refus du gouvernement de protéger les pensions des travailleurs et travailleuses ainsi que le rapprochement indécent entre l’équipe libérale et les grandes compagnies numériques, au détriment des médias et entreprises locales.

 

« Pour moi, les problèmes d’éthique du ministre Morneau ne sont que l’illustration de l’approche élitiste du gouvernement, qui cherche à imposer son message bien ficelé dans les régions, au lieu de se nourrir de l’expérience des gens d’ici pour travailler sur les enjeux clés. Ce n’est donc pas étonnant que des dossiers comme celui du bois d’œuvre stagnent », déclare la députée.

 

Mme Trudel a également amorcé en septembre son travail de responsable pour le Québec de la campagne pour protéger les pensions des travailleurs et travailleuses retraités lors de faillites d’entreprises. Le projet de loi C-384, déposé par Scott Duvall, sera une chance pour le gouvernement d’enfin régler cette injustice.

 

Finalement, depuis le refus obstiné de la ministre Joly d’appliquer la TPS à Netflix, comme les entreprises locales qui y sont soumises, l’incohérence des politiques libérales en matière de numérique sont de plus en plus problématiques, surtout en ce qui a trait aux médias régionaux et au refus du gouvernement de soutenir fermement la transition vers le numérique.

 

« On dirait que le gouvernement ne réalise pas à quel point certaines de ses décisions ont un impact encore plus grand dans des régions comme la nôtre, qui comptent beaucoup de retraités de grandes entreprises comme Sears. C’est la même chose pour les médias locaux : on dépend grandement de notre presse écrite pour que notre information soit vivante et on n’a pas la même force financière que les grands quotidiens de Toronto. Le printemps sera décidemment très chaud sur ces enjeux cruciaux pour notre démocratie », de conclure Mme Trudel.

 

– 30 –

 

Pour de plus amples renseignements, veuillez communiquer avec : 

 Bureau de circonscription : 418-695-4477 ou karine.trudel@parl.gc.ca