Bois d’œuvre : « Le gouvernement doit admettre la réalité : il n’obtiendra pas d’entente », dit Karine Trudel

20 septembre 2016

OTTAWA – La députée Karine Trudel a tenu à souligner la rentrée parlementaire en mettant de l’avant un dossier chaud pour la région cet automne : celui de l’entente sur le bois d’œuvre. Malheureusement, plus les jours passent, plus il devient clair qu’aucune entente ne sera signée avant le 12 octobre prochain.

 

« La ministre du Commerce international et le Premier ministre lui-même on fait preuve de beaucoup d’optimisme durant les derniers mois. Or, la ministre a annoncé la semaine dernière qu’elle se prépare à une autre bataille juridique avec les Américains », a déclaré Mme Trudel.

 

En effet, la ministre Freeland a tenu une conférence de presse la semaine dernière à Washington durant laquelle elle a énormément insisté sur le fait que le Canada était prêt à se battre devant les tribunaux. Pour la députée de Jonquière, cela en dit très long : les négociations sont dans une impasse et la sonnette d’alarme aurait dû être tirée bien avant. Depuis le début des pourparlers, les Américains réclament des quotas et il semble que les « bonnes relations » entre Trudeau et Obama n’y aient rien changé.

 

«Lors du dernier conflit, l’industrie canadienne a perdus des milliards de dollars et les emplois ont fondu comme neige au soleil. Voilà qui est alarmant. Le gouvernement sera incapable de tenir parole et d’avoir une entente d’ici le 12 octobre. Peut-il faire preuve de transparence et admettre cette réalité ? », a demandé Mme Trudel.

 

Rappelons que la période de grâce du précédent Accord sur le bois d’œuvre résineux prendra fin le 12 octobre prochain et que les producteurs américains ont clairement signalé leur intention de porte plainte au Département du commerce américain s’il n’y a aucune nouvelle entente.

 

– 30 –

 

Pour de plus amples renseignements, veuillez communiquer avec :

Bureau de circonscription : 418-695-4477 ou karine.trudel@parl.gc.ca