JOURNÉE DE DÉBATS SUR LE BOIS D’ŒUVRE À LA CHAMBRE DES COMMUNES : KARINE TRUDEL CONTINUE DE RÉCLAMER UN PLAN B

17 octobre 2016

OTTAWA  –  Dans le cadre d’une journée d’opposition, les parlementaires ont eu l’occasion aujourd’hui de débattre de la question du bois d’œuvre et de la nécessité pour le gouvernement de conclure un accord. La députée de Jonquière Karine Trudel, la porte-parole du NPD en matière de Commerce international Tracey Ramsey (Essex) ainsi que le porte-parole en matière de Ressources naturelles Richard Cannings (South Okanagan –West Kootenay) en ont profité pour continuer de mettre de la pression sur le gouvernement Trudeau afin qu’il mette en place un plan B pour soutenir l’industrie en cas d'imposition de taxes supplémentaires des Américains.

 

« Il s’agissait aujourd’hui d’une mise en point importante sur la question du bois d’œuvre et sur l’impact du conflit commercial en gestation avec les Américains. Je crois qu’on a pu constater que le pays en entier sera touché par la crise. Plus que jamais, il est important que le gouvernement mette en œuvre la proposition que nous défendons visant à créer un programme de soutien pour l’industrie », a affirmé Mme Trudel.

 

En effet, la ministre du Commerce international Chrystia Freeland a maintes fois répété en Chambre se préparer à la pire éventualité, sans toutefois détailler les mesures qui sont considérées par le gouvernement Trudeau. Alors que la plupart des acteurs de l’industrie et les spécialistes de la question ont souligné dans les dernières semaines que le gouvernement devrait mettre en place un tel plan, la proposition défendue par la députée prend tout son sens.

 

« Bien entendu, un accord négocié, favorable à notre industrie en tenant compte des particularités de chaque province serait bien accueilli, mais nous en sommes encore très loin.  En attendant, notre objectif commun doit être de ne perdre aucun emploi et de protéger notre industrie.  Nous n’avons pas inventé le concept des garanties de prêt, mais la région doit faire front commun dans ce dossier. De mon côté, je vais continuer d’exiger des réponses du gouvernement afin qu’un véritable plan B soit mis en place pour rassurer nos travailleurs et renforcer notre pouvoir de négociation », de conclure Mme Trudel.

 

– 30 –

Pour de plus amples renseignements, veuillez communiquer avec : 

Bureau de circonscription : 418-695-4477 ou karine.trudel@parl.gc.ca