KARINE TRUDEL À LA DÉFENSE DES EMPLOIS FORESTIERS

OTTAWA – La députée de Jonquière Karine Trudel  a utilisé sa déclaration à la Chambre des communes aujourd’hui pour rappeler au gouvernement que le secteur forestier est central dans l’économie régionale et qu’il faut s’y attarder au plus vite, notamment sur la question du bois d’œuvre.

 

«Au Saguenay-Lac-St-Jean, de nombreux travailleurs et travailleuses vivent de la forêt. Ce qu’il faut absolument viser, c’est la protection de nos emplois forestiers et de veiller à leur pérennité. J’exhorte le gouvernement à considérer l’apport majeur de la forêt dans notre région et à agir pour protéger les travailleurs et travailleuses forestiers ainsi que leur rôle dans nos économies», a déclaré Mme Trudel en Chambre.

 

La situation inquiète la députée de Jonquière spécifiquement dans trois dossiers : l’absence de mesures de soutien dans le dernier budget, les négociations sur le bois d’œuvre et le dossier de la taxe sur le papier surcalandré produit dans la région, notamment à Kénogami.

 

« On voit clairement un manque de sensibilité pour les régions de la part du gouvernement. Lors du dépôt du dernier budget, j’ai déploré l’exclusion du Saguenay-Lac-St-Jean en tant que région prioritaire pour l’assurance-emploi, en plus de regretter l’absence de mesures pour la foresterie. En ajoutant les inquiétudes concernant le bois d’œuvre et le papier surcalandré, ça commence à faire beaucoup », explique la députée.

 

Depuis plusieurs mois, Mme Trudel rencontre les intervenants du milieu forestier et travaille en coulisse à Ottawa pour s’assurer que le futur accord du bois d’œuvre tienne compte du régime forestier propre à chaque province. Témoins au Comité du commerce international plus tôt cette semaine, M. André Tremblay, président du Conseil de l’industrie forestière du Québec et M. Richard Garneau, de Résolu, ont abondé dans le même sens devant Mme Trudel, qui siégeait sur le comité.

 

Quant au dossier du papier surcalandré produit dans la région, le gouvernement a finalement décidé d’amorcer la procédure de contestation de la surtaxe de 17,87% mais avec trois mois de retard, démontrant encore une fois une certaine nonchalance envers nos dossiers régionaux.

 

« Les travailleurs et travailleuses ont raison de se mobiliser parce que historiquement, les Américains ont toujours réussi à imposer des conditions de plus en plus restrictives. Ils l’ont fait pour le bois d’œuvre et le font maintenant avec le papier. Nos voisins du sud ont leur agenda; il appartient maintenant au gouvernement d’écouter les voix qui s’élèvent et de faire preuve de volonté politique pour défendre le nôtre », de conclure Mme Trudel.

– 30 –

Pour de plus amples renseignements, veuillez communiquer avec : 

Bureau de circonscription : 418-695-4477 ou karine.trudel@parl.gc.ca