Mise à jour économique: une occasion ratée pour le gouvernement d'aider nos régions!

OTTAWA  –  La députée de Jonquière à la Chambre des Communes, Karine Trudel, a assisté aujourd’hui au discours de mise à jour économique de l’automne du gouvernement Trudeau. Dans ce discours, le ministre des Finances, Bill Morneau, a bien annoncé des mesures pour aider les médias écrits, mais n’a absolument rien prévu pour appuyer les régions, notamment en accélérant les investissements en infrastructures ou en proposant un véritable programme de compensation pour appuyer les producteurs laitiers.

 

« Contrairement aux conservateurs, qui accusent le gouvernement de vouloir acheter les médias, nous réclamions depuis longtemps de l’aide aux médias écrits afin de pouvoir préserver nos sources d’information locales et régionales. Le gouvernement s’est enfin décidé à agir de façon substantielle… mais sans s’attaquer aux géants du web et en prévoyant la majorité des sommes seulement après la prochaine élection. La patience sera de mise et il faudra demeurer vigilants pour nous assurer que les critères d’admissibilité des crédits d’impôts seront utiles aux régions et pas seulement aux grands quotidiens nationaux », a réagi la députée.

 

L’essentiel de l’annonce a toutefois porté sur un ensemble d’allègements fiscaux pour les entreprises pour un montant de 14 milliards sur cinq ans. Malheureusement, le gouvernement n’a pas cru bon accélérer le déploiement de son plan d’infrastructures, ni annoncer des sommes pour nos producteurs laitiers alors que l’incertitude chez nous agriculteurs est de plus en plus lourde à porter. Rappelons que ces turbulences dans le secteur sont en grande partie liées aux accords de commerce que les libéraux ont conclus, et ce, sans même obtenir la levée des tarifs sur l’aluminium.

 

« On sait que le gouvernement libéral est très proche du milieu de la haute finance, mais c’est tout de même difficile de comprendre pourquoi des priorités aussi évidentes que les besoins en infrastructures des petites municipalités, la nécessité de stabiliser le secteur laitier suite aux brèches dans la gestion de l’offre ou encore la protection des fonds de pension ne font pas partie de leur fameux plan pour la classe moyenne. La cassette commence à être sérieusement usée », de conclure Mme Trudel.

 

– 30 –

Pour de plus amples renseignements, veuillez communiquer avec :

Bureau de circonscription, 418-695-4477.