OTTAWA PRÊT À LAISSER TOMBER LE LAIT DIAFILTRÉ POUR SAUVER LES MEUBLES AVEC LE BOIS D’ŒUVRE

  

OTTAWA –  La semaine dernière, le secrétaire parlementaire du ministre de l’Agriculture, Jean-Claude Poissant, a admis que les négociations avec les États-Unis en vue de renouveler l’accord commercial dans le bois d’œuvre allaient avoir des impacts sur la position du gouvernement fédéral sur le lait diafiltré.

 

La députée néo-démocrate Karine Trudel (Jonquière) veut avoir l’heure juste sur ces deux dossiers chers à la région et a demandé à la ministre du Commerce international d’expliquer  les propos du secrétaire parlementaire de l’agriculture. En entrevue, le secrétaire parlementaire Jean-Claude Poissant a affirmé que le gouvernement libéral allait choisir la solution la moins dommageable pour l’industrie et allait choisir entre le lait diafiltré et le futur accord sur le bois d’œuvre.

 

Pour le gouvernement, la seule option possible semble être de sacrifier les producteurs laitiers ou le secteur forestier. Il est inadmissible de voir le gouvernement libéral laisser tomber les producteurs laitiers pour tenter de sauver les meubles dans le dossier du bois d’œuvre.

 

La députée de Jonquière a souligné le non-sens du gouvernement et a questionné la ministre du Commerce.

 

« Est-ce que le gouvernement peut ‎nous dire si le bois d'œuvre et le lait diafiltré seront défendus sur un même pied d’égalité ? C’est quoi sa solution la moins dommageable, fermer des scieries ou fermer des fermes laitières? C’est notre devoir de protéger ces deux secteurs névralgiques de l’économie québécoise, vous ne pouvez pas en laisser tomber un aux dépens de l’autre », a affirmé Karine Trudel. 

 

Mme Trudel a n’a pas eu de précisions, la ministre s’est plutôt contentée d’une réponse laconique.

 

– 30 –

Pour de plus amples renseignements, veuillez communiquer avec :

Bureau de circonscription : 418-695-4477 ou karine.trudel@parl.gc.ca