PLAN D’AIDE FÉDÉRAL SUR LE BOIS D’OEUVRE « À FORCE DE NOUS BATTRE, LE GOUVERNEMENT COMMENCE À ENTENDRE RAISON » - KARINE TRUDEL

OTTAWA  –  Le gouvernement Trudeau a annoncé aujourd’hui son plan d’aide à l’industrie du bois d’œuvre, dans la foulée de la crise qui a déjà débuté dans le secteur suite à l’échec du gouvernement de conclure un accord en 2016. Réclamant un plan de soutien depuis septembre 2016, la députée de Jonquière Karine Trudel accueille positivement cette annonce, tout en soulignant que certains aspects du plan d’aide devront être éclaircis dans les prochains jours afin de nous assurer qu’ils répondent bien aux besoins sur le terrain.

 

« L’annonce d’aujourd’hui est un pas dans la bonne direction et représente la plus récente étape d’un long processus qui a duré plus de 18 mois. Il est difficile d’expliquer ce qui a pris autant de temps au gouvernement avant d’agir, avec toutes les ressources dont il dispose », a commenté Mme Trudel. « Mais la quantité incroyable d’énergie qui a été investie par tous les intervenants au dossier commence à faire entendre raison au gouvernement Trudeau et je tiens à féliciter tous ceux et celles qui se battent et facilitent ainsi notre travail d’élus à Ottawa. »

 

Le plan d’aide du gouvernement fédéral sera divisé en deux grands volets. Le premier volet consacrera 260 millions à des mesures à la diversification, au développement des marchés et à l’amélioration de l’assurance-emploi. Ces mesures permettront de préparer l’avenir de l’industrie, le long terme.

 

Dans le deuxième volet, le gouvernement a annoncé vouloir consacrer 605 millions de dollars sous forme de prêts et de garanties de prêts. Cependant, ces crédits proviendront d’Exportation et développement Canada (EDC) et de la Banque de développement du Canada (BDC) et seront alloués sur une base commerciale. Actuellement, il n’est pas clair s’il s’agira de nouveaux programmes ou s’ils ne seront qu’une extension de ceux déjà existants. De plus, il n’a pas été possible de savoir s’ils permettront de garantir les dépôts que les entreprises doivent débourser lorsqu’ils exportent.

 

« La demande pour un véritable programme de garanties de prêts national est très difficile à vendre au gouvernement. Dans les coulisses, on sait que plusieurs voix au sein des libéraux étaient farouchement opposées à ce concept. Aujourd’hui, le gouvernement a parlé de « garanties de prêts ». C’est déjà un bon début. Dans les prochains jours, nous analyserons consciencieusement ce qui vient d’être annoncé avec EDC et la BDC afin de nous assurer qu’il ne s’agit pas simplement d’une mesure cosmétique mais bel et bien d’une aide substantielle, adéquate et immédiate », de conclure la députée.

 

– 30 –

 

Pour de plus amples renseignements, veuillez communiquer avec : 

 

Bureau de circonscription : 418-695-4477 ou karine.trudel@parl.gc.ca