RISQUE DE FERMETURE DE KÉNOGAMI ET DOLBEAU: « LE GOUVERNEMENT DOIT METTRE LA MAIN À LA PÂTE » - KARINE TRUDEL

JONQUIÈRE  – La députée de Jonquière Karine Trudel a réagi aujourd’hui aux informations selon lesquelles les usines de papier surcalandré de Kénogami et de Dolbeau sont en réel danger de fermeture dans les prochains mois. En effet, avec la surtaxe imposée par les Américains en décembre 2015,  Produits forestiers Résolu a déjà versé plus de 40 millions pour s’acquitter de cette obligation, mais pourrait devoir fermer les livres rapidement si la situation perdure.

 

« Nous suivons de très près ce dossier depuis l’imposition de la taxe de 17,87% en décembre 2015 et sommes en constante communication avec Résolu et les travailleurs. On savait que le danger nous guettait et beaucoup de pression a été mise sur le gouvernement dans les derniers mois pour qu’il accélère le processus de contestation de la taxe. Malheureusement aujourd’hui, il semble de moins en moins probable que les processus de contestation de l’ALENA ou de l’OMC parviendront à régler la question à temps. C’est le moment pour le gouvernement d’être en mode proactif », a commenté Mme Trudel.

 

Durant les derniers mois, la députée a posé de nombreuses questions en Chambre à ce sujet, en plus de sensibiliser directement la ministre Chrystia Freeland (alors ministre du Commerce international) à l’enjeu majeur que représente pour la région le papier surcalandré. Une conférence de presse organisée par la députée en juin dernier avait d’ailleurs réuni des travailleurs de Kénogami et de Dolbeau pour lancer un cri du cœur au gouvernement fédéral.

 

« J’ai discuté aujourd’hui avec le ministre François-Philippe Champagne et j’ai demandé une rencontre d’urgence pour évaluer les solutions qui se présentent à nous. J’ai également insisté sur l’importance que le gouvernement rencontre les travailleurs rapidement afin d’élaborer une solution concrète pour éviter que nos gens soient bientôt des chômeurs. Je suis convaincue qu’il est possible de trouver une solution durable pour préserver nos usines, mais cela ne sera possible que si tous les intervenants, y compris le gouvernement fédéral, comprennent l’urgence d’agir et mettent la main à la pâte », de conclure Mme Trudel.

 

 

– 30 –

  

Pour de plus amples renseignements, veuillez communiquer avec : 

 

Bureau de circonscription : 418-695-4477 ou karine.trudel@parl.gc.ca