TAXE DE 20% SUR LE BOIS D’OEUVRE « IL SERAIT TEMPS QUE LE GOUVERNEMENT FÉDÉRAL TRAVAILLE À PROTÉGER LES EMPLOIS AVANT QU’ILS NE SOIENT PERDUS POUR DE BON » - KARINE TRUDEL

SAGUENAY  –  Le Département du Commerce américain a publié hier soir sa décision préliminaire en droits compensateurs qui seront imposés dès la semaine prochaine à l’industrie canadienne du bois d’œuvre. Résultat : un taux moyen de près de 20%, incluant une rétroactivité de trois mois pour les petites et moyennes entreprises de sciage. Réclamant l’action du gouvernement depuis des mois dans le dossier, la députée de Jonquière Karine Trudel a réagi en insistant de nouveau pour des actions soient mises en place, et ce, le plus tôt possible afin de limiter les dégâts.

 

« Tout le monde s’attendait à ce que les États-Unis imposent une taxe importante et voilà qu’en plus, ils sortent de leur chapeau une rétroactivité pour les petits joueurs de l’industrie », a commenté Mme Trudel. « Au final, nous réclamions depuis des mois que le gouvernement fédéral soit prêt et aujourd’hui, il ne l’est pas. Or, les avis du milieu sont unanimes : nous avons besoin d’un programme de garanties de prêts : pas dans six mois, pas dans le prochain budget, mais tout de suite. »

 

Dans une déclaration conjointe émise tard hier soir, les ministres Chrystia Freeland (Affaires étrangères) et Jim Carr (Ressources naturelles) ont vanté plusieurs actions prises par leur gouvernement, comme les investissements de 40 millions dans le budget 2017 pour la construction d’immeubles en bois ou encore les visites du ministre du Commerce international François-Philippe Champagne à l’étranger.  Mais la députée souligne que ces mesures ont toutes en commun de servir de prétexte sans s’attaquer directement à la problématique, à court terme, maintenant. Cette impression a été confirmée lors d’une conférence de presse qui a eu lieu à 13h aujourd’hui, par les ministres Carr et Lebouthillier (Revenu National).

 

« On nous cite des investissements qui ne prendront effet qu’à partir de 2018 ou des visites d’expansion de marchés qui sont en soi positives, mais qui prendront des années avant d’avoir les effets escomptés. On parle de la vision qu’a le gouvernement pour le secteur forestier dans l’avenir ou de programmes déjà existants, mais il serait temps que le gouvernement fédéral travaille concrètement à protéger les emplois du Saguenay—Lac-St-Jean avant qu’ils ne soient perdus pour de bon. Car il ne faut pas nous leurrer : c’est toute la chaîne de valeur de l’industrie forestière qui sera impactée par cette guerre commerciale que les États-Unis viennent de déclarer », de conclure la députée.

 

– 30 –

 

Pour de plus amples renseignements, veuillez communiquer avec : 

Bureau de circonscription : 418-695-4477 ou karine.trudel@parl.gc.ca